Témoignage d'une victime d'escroquerie à la webcam

Victime il y a quelques semaines d'une arnaque à la webcam, Nicolas nous a proposé de raconter son expérience réelle de victime et de publier son témoignage sur le blog afin qu'il puisse être lu par d'autres victimes.

Même si le mode opératoire peut varier d'une victime à l'autre, ce récit montre le mode opératoire courant des escrocs et la violence de leurs menaces et actions.

Merci à Nicolas pour ce témoignage.

Début du récit

J’ai été contacté par une femme qui disait avoir découvert mon travail et souhaitait échanger avec moi. La discussion m’a trompé, retenue et respectueuse, sensible et bienveillante en apparence. J’ai vécu l’expérience d’une arnaque à la webcam que je relate ici brièvement pour Le blog Sos Arnaque Webcam et ses lecteurs, comme toute personne qui pourrait être confrontée aux mêmes difficultés.

L’échange d’abord respectueux et pudique a basculé vers plus d’ambiguïté, ce à quoi je n’ai pas su résister. J’allais très mal, je traversais une période très éprouvante à laquelle s’ajoutaient de graves problèmes de santé. Quand la femme avec laquelle je discutais me proposa qu’on se déshabille et se regarde par webcam interposées sur Skype, j’ai été mal à l’aise puis j’ai accepté.

Au bout de quelques minutes, elle coupa court, tout se passa très vite. Et le ton changea brusquement. C’était violent. Elle revint au mode messages textes de skype et m’envoya des enregistrements vidéos de ce qui venait de se passait, sauf qu’on ne voyait que moi. Des messages accompagnaient les images, me traitant de tous les noms, exigeant de l’argent, sinon les images seraient envoyées à mon réseau professionnel et à ma famille.

Alors que cette femme m’avait séduit, avait trouvé les mots pour abaisser mes défenses, avait su forcer les étapes les unes après les autres, s’était montrée très entreprenante. Elle se comporta soudain comme une victime. Elle répétait que je l’avais salis. Elle voulait de l’argent immédiatement. Elle demandait deux mille euros. Comme je refusais, elle me donna diverses informations sur ma vie professionnelle et ma famille pour me montrer qu’elle savait à qui envoyer les images.

Je lui ai expliqué que j’avais des problèmes de santé importants et très peu d’argent, mais elle s’obstinait, elle accepta cependant de passer à mille euros. Elle me disait de me débrouiller, de faire un prêt à la banque, d’emprunter de l’argent à des proches. Les “négociations” ont duré quasiment jusqu’au ma n. Elle avait diminué la somme demandée à cinq cent euros mais exigeait toujours que je verse l’argent avant dix heures du matin. Je lui ai proposé de lui donner ce qui restait sur mon compte, soit quatre cent euros. Elle m’expliqua comment verser la somme (achat d’une recharge, transmission par mail à une autre adresse d’une photo du ticket obtenu, puis d’une photo montrant le ticket déchiré). Je fis ce qu’elle demandait pour dix heures. Mais trois heures plus tard, elle me contacta de nouveau et me demande encore quatre cent euros. Cette fois, je refusais de payer.

Commença alors le harcèlement :

J’ai reçu des mails injurieux, orduriers jour et nuit. Des mails de diffamation on ont été envoyés à des organes de presse (journaux, chaînes de radio et de télévision).

J’ai reçu des mails de certains me demandant de répondre des accusations qui étaient lancées contre moi (les pirates me présentant comme un pédophile sans relater bien sûr d’où ces images provenaient réellement).

D’autres mails me sont parvenus, il s’agissait de faux, me laissant croire que j’allais être poursuivi par la justice, attaqué par des journaux s’estimant sali par les images de moi postées sur des espaces partagés, ouverts aux lecteurs. Certains mails imitaient des documents émanants de la police pour me demander de répondre à un interrogatoire sur skype ou pour m’informer que j’étais suspecté d’actes pédophiles. (A chaque fois, Net Offensive lisait les mails et me disait quoi faire, en l’occurrence les supprimer sans répondre).

Les pirates ont essayé de pénétrer dans différents espaces “protégés” : compte Facebook, Twitter, blog professionnel, boîte mail, applications skype et Hangout. Les mails d’insultes n’ont pas cessé. Virulents et haineux. Ils me menaçaient régulièrement d’envoyer les images à mes proches, mes collègues par mails, puis de les diffuser sur Facebook, youtube… etc.

J’ai reçu un mail de menaces, ils disaient qu’ils pouvaient s’en prendre physiquement à moi ou à des proches, qu’ils savaient où je travaillais (liste jointe de lieux où je me rends effectivement et des noms d’une dizaine de proches, parents, cousines, frère, enfants).

Ils m’ont assuré qu’ils avaient réalisé un CD avec les images et qu’ils allaient le vendre sur des réseaux pornographiques amateurs.

Conformément aux instructions données par Net Offensive, je n’ai jamais répondu après le premier paiement. Les pirates ont fini par ne plus me contacter.

Trustpilot