Synthèse sur les victimes d’arnaque sur Skype et internet

Certaines plateformes de réseaux sociaux ont désormais 10 ans ou presque. Et d’autres arrivent, multipliant les innovations technologiques pour nous aider à mieux communiquer entre nous. Le moment est venu de se demander si la vie privée y est réellement garantie. Désormais, les internautes peuvent tout se permettre : partager leurs photos avec des milliers de personnes sur internet, être géolocalisés par Google en ligne, recevoir des annonces en fonctions de leurs centres d’intérêt, etc. Une réalité quotidienne que personne n’imaginait il y a une vingtaine d’années. Pourtant, même si cette évolution constitue une grande avancée, elle est également un moyen pour les personnes mal intentionnées d'augmenter leurs sources de revenu. L'augmentation du nombre de membres de ces sites et applications inspire ces escrocs (communément appelés « brouteurs ») pour leurs activités quotidiennes. En se focalisant sur les réseaux sociaux comme Facebook, Linkedin, Twitter notamment, ils peuvent avoir toutes beaucoup d'informations sur vous avant de chercher à vous arnaquer sur Skype.

-piege-skype-victimes

Malheureusement les nombreux cas d’escroquerie signalés concernent les adolescents, ce qui pousse les parents à s’interroger si les réseaux sociaux et certains logiciels de discussion comme Skype ne constituent  pas un danger pour leurs enfants. Les statistiques parlent d’elles-mêmes : sur 10 cas d’arnaque à la webcam, 5 concernent des adolescents qui ont entre 15 et 18 ans. En France, le bilan est inquiétant dans la mesure où des dizaines de cas de suicide ont été recensés, sans compter les nombreuses plaintes déposées à la police qui sont en cours de traitement.

Dans le cas où vous seriez victime d’une tentation d’arnaque ou de chantage de la part d’un « brouteur », vous pouvez directement suivre ce lien : les victimes video skype et facebook. Notre plateforme a été développée suite à de nombreux cas d’escroquerie constatés depuis ces dernières années. Notre site propose des solutions afin que vous puissiez préserver votre réputation sur internet. Que ce soit sur Skype ou un réseau social, vous allez bénéficier d’une assistance personnalisée et d'une protection maximale.

Arnaque à la webcam : connaître l’escroc pour s’en protéger

« Maison ouverte, rend voleur l’homme honnête », ce proverbe espagnol a tout son sens. En réalité, les escrocs se servent de la naïveté de leurs victimes pour les tromper en toute facilité. Il est important de connaître leurs démarches pour mieux les contrecarrer. Tout commence par une prise de contact sur un chat via un réseau social ou un site de discussion. Après avoir gagné votre confiance, le brouteur vous invitera sur Skype en vous demandant d’allumer votre webcam. Ne soyez pas étonné quand elle vous proposea de vous déshabiller ou de participer à un jeu sexuel. Sachez que c’est une invitation que vous ne devez nullement accepter, car la vidéo que vous voyez est préenregistrée et un homme se cache derrière. Si malheureusement vous tombez dans le piège, l’escroc vous demandera un montant contre la promesse de ne pas publier la vidéo érotique sur la toile. 

Vous devez par conséquent vérifier en début de conversation si la personne avec qui vous parlez est réelle ou s’il s’agit seulement d’une vidéo pasant en boucle. Pour ce faire, vous pouvez lui demander de faire un geste ou d’écrire une expression précise sur une feuille. Sans réaction de sa part, vous pouvez passer à autre chose ou tout simplement le bloquer. N’hésitez pas à lui demander d’activer son micro. Les « brouteurs » sont en grande partie des hommes qui n’acceptent jamais de discuter avec un micro, car leurs voix les trahiraient. Ainsi, ils trouvent des excuses au sujet d'un micro ne fonctionnant pas ou des soucis de connexion. Certaines femmes leur rendent parfois service et il faut le savoir pour ne pas vous faire avoir. Enfin, ne commettez jamais l’erreur de montrer votre visage si éventuellement vous finissez par vous dénuder.

Pour ceux qui sont malheureusement pris au piège, il est recommandé de ne pas payer même si l’escroc vous menace de publier la vidéo. Dans la mesure où ce type d’escroquerie est considérée comme un délit en France, vous pouvez prévenir la police en attendant que la procédure d’enquête se fasse. Pour préserver votre e-réputation, vous pourrez également vous rapprocher de professionnels tels que nous pour bénéficier d’une véritable assistance.

Pour en savoir plus

Trustpilot